Si l’Objectif de Développement Durable n°7 concerne une notion au premier abord simple qui serait de garantir à tou·te·s une énergie propre et à un coût abordable, en réalité, le contexte international lié à l’énergie s’avère des plus complexe. Les enjeux sont forts aussi bien en termes d’économie mondiale, que de facteurs d’inégalités ou de conflits, sans oublier les risques qui pèsent sur l’environnement en termes de réchauffement climatique, d’épuisement des ressources et d’atteintes à la biodiversité.

L’outil pédagogique du Conseil de sécurité énergétique permet ainsi de faciliter l’appréhension de toutes ces notions complexes grâce un jeu de rôle qui met en scène une diversité de pays. Ils sont au nombre de 15, un peu comme sur le modèle du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Il s’agit ainsi de reproduire les déséquilibres entre les grandes puissances et les autres pays du monde. Le but du jeu est aussi de montrer les dépendances qui résident dans le fait qu’il y ait des pays producteurs d’énergies et qu’à l’inverse, d’autres qui doivent se fournir sur le marché mondial.

Des évènements pour identifier les principaux enjeux que les énergies peuvent soulever dans le monde…

Le jeu propose à cette assemblée de vivre une série d’évènements qui vont permettre de découvrir à quel point la corrélation est forte entre le niveau de croissance de l’économie mondiale et celle de la consommation d’énergie, dont le pétrole constitue aujourd’hui la ressource la plus stratégique. Les joueurs·euses se rendent compte à quel point le prix des énergies est susceptible de fluctuer avec des inégalités dans les situations vécues entre pays et des risques accrus pour les populations les plus vulnérables.

… et découvrir les avantages et inconvénients des différentes sources d’énergies :

En se mettant dans la peau de représentant·e·s d’État, les jeunes pourront également se rendre compte de l’impact des différentes sources d’énergies. Les plus décriées sont bien sûr les énergies fossiles comme le pétrole, le gaz et le charbon qui sont directement les plus contributrices en termes de production de gaz à effet de serre. Ces énergies sont par ailleurs les plus exposées à la question de l’épuisement des ressources pour les décennies à venir. L’utilisation de l’énergie nucléaire amène le risque des catastrophes nucléaires et celui de la gestion des déchets radioactifs à très long terme. Les agrocarburants ne sont pas non plus si neutres que cela quand il s’agit de les mettre en concurrence avec la production d’alimentation pour les humains.

Même les énergies renouvelables peuvent être questionnées par leur impact sur l’environnement comme les barrages hydrauliques et les éoliennes. Il faut aussi se préoccuper de la nécessité d’utiliser des « terres rares » pour produire de l’énergie solaire via l’emploi des cellules photovoltaïques. Les participant·e·s vont ainsi prendre conscience que l’énergie la plus propre est celle que nous n’avons pas besoin d’utiliser, d’où l’importance d’investir dans la maîtrise de la consommation d’énergie et de rendre nos économies plus sobres !

De la tentation du repli sur soi à la prise de conscience de l’importance des relations multilatérales pour construire un monde plus solidaire

Les échanges sur une base financière apparaissent comme importants au début du jeu où les joueurs·euses – un peu comme sur le modèle du Monopoly – troque de l’argent contre des barils de pétrole ou du combustible nucléaire. L’outil du Conseil de sécurité énergétique reproduit en effet le monde d’aujourd’hui où les échanges financiers sont importants. Cependant, la logique financière dominante et du chacun pour soi va vite trouver ses limites pour résoudre des problèmes qui s’imposent au monde…

Au fil des évènements, tels que le réchauffement climatique ou l’épuisement des ressources, les discussions entre les joueurs·euses – représentant les nations – doivent prendre le pas sur les logiques marchandes afin d’établir des traités qui permettent d’échapper aux crises sociales et aux conflits mondiaux. Frustration, incompréhension, ou à l’inverse, satisfaction, les ressentis sont très variés et intéressants à débriefer à la fin du jeu !

Un jeu de rôle coopératif pour explorer le champ des solutions

Si les crises qui s’annoncent s’avèrent complexes à résoudre, le champ des solutions s’avère relativement ouvert. Ce jeu pédagogique souligne en effet l’importance pour les joueurs·euses de pouvoir sortir des mécanismes de concurrence pour aller vers ceux de la coopération. Il s’agit d’aller vers la négociation entre participant·e·s et d’ainsi simuler celle entre nations, qui conduira à des accords pour trouver un nouvel équilibre mondial.

L’importance du jeu et du débriefing final

À la fin de la simulation, il est important de conduire les participant·e·s à faire le tour des propositions qu’ils et elles peuvent apporter pour résoudre les situations de crises et d’en débattre. L’intérêt final de ce jeu de rôle est de de promouvoir les mécanismes de médiation plutôt que ceux basés sur la confrontation, de mettre en place des politiques et des mécanismes solidaires garantissant la sécurité énergétique pour les états et les populations les plus vulnérables, ou encore de favoriser les systèmes plus sobres sur le plan énergétique ou utilisant des sources renouvelables…

Par notre partenaire, la Maison des Droits de l’Homme de Limoges.

Téléchargez Conseil de sécurité énergétique